Conditions d’engagement đŸ„š

Une Startup d’État peut ĂȘtre lancĂ©e si

On a un sponsor

  • De niveau Directeur d’Administration Centrale ou Directeur GĂ©nĂ©ral des Services dans les CollectivitĂ©s. Le sponsoring d'un Ă©lu (resp. Ministre ou Maire/PrĂ©sident) est un plus, mais pas une condition suffisante, car il ne pourra pas rĂ©ellement protĂ©ger l'initiative dans l'administration.

  • Qui autorise et garantit l’autonomie et la libertĂ© dans le respect du but convenu : l’organisation et la gouvernance de la Startup, les choix produit, technique et marketing. ConcrĂštement l’intrapreneur rapporte directement au sponsor plutĂŽt qu’à sa hiĂ©rarchie habituelle dans le cadre de la Startup.

  • Qui communique largement dans sa structure sur la Startup d’État comme nouvelle façon de faire du logiciel au service du citoyen + explique et rappelle quand c’est nĂ©cessaire cette autonomie.

  • Qui a compris la dĂ©marche de construction avec une bĂȘta au bout de 6 mois et des retours quantitatifs et qualitatifs qui prouvent (ou pas) qu’il y a un marchĂ©.

  • Qui s’engage Ă  revoir la Startup 6 mois aprĂšs son lancement pour dĂ©cider de quitter ou doubler l’investissement, Ă  la vue des retours d’usage qualitatifs et quantitatifs de la version bĂȘta.

Ces engagements se matérialisent par la signature formelle ou informelle de notre Memorandum of Understanding.

On a un·e intrapreneur

  • Elle est opiniĂątre et tenace.

  • Il est pragmatique et sait discerner l’essentiel de l’accessoire.

  • Elle connaĂźt parfaitement le terrain de son administration pour l’avoir pratiquĂ© plusieurs annĂ©es.

  • Il a une vraie empathie avec les usagers de son administration ou de son service public et peut raconter 1 000 histoires vĂ©cues sur le terrain.

  • Elle sait sortir des circuits Ă©tablis de son administration lorsque nĂ©cessaire.

  • Il embrasse plus qu’il ne rejette les oppositions et l’incertitude.

  • Elle est curieuse, aime apprendre.

  • Il sait se remettre en question.

  • C’est une empĂȘcheuse de tourner en rond, mais avec le sourire.

Un bon moyen de l'identifier consiste Ă  [[organiser un pitch day]].

Ces conditions sont issues de l’article de blog Intrapreneur de Startup d’État : les conditions du succùs.

On a un bon problĂšme

  • Qui est une douleur perçue par l’usager du service public, c’est-Ă -dire qui impacte directement les citoyens.

  • Pour lequel le numĂ©rique est un levier puissant, c’est-Ă -dire qui permettrait Ă  l’administration de mieux servir les citoyens.

  • Avec des incertitudes et des risques qui sont plus forts que dans les projets habituels de la structure :

    • incertitudes sur l’usage ;

    • incertitudes sur l’impact ;

    • incertitudes sur l’investissement nĂ©cessaire.

On a des conditions de travail matérielles suffisantes

  • Le tĂ©lĂ©travail de l’intrapreneur est autorisĂ© (ou a minima tolĂ©rĂ©).

  • L'intrapreneur a un accĂšs Ă  internet « libre », en particulier il peut accĂ©der aux sites couramment utilisĂ©s par les Startups d’État (Slack, Google Drive, Appear.in
).

  • L'intrapreneur a un ordinateur portable sur lequel il peut ajouter en autonomie des logiciels nĂ©cessaire Ă  sa mission.

On a un budget pour les 6 premiers mois

  • Intrapreneur libĂ©ré·e Ă  au moins 60 % de son temps.

  • Investissement de l’ordre de 100k€ TTC (autour de 1 dĂ©veloppeur + 1 intrapreneur pendant 6 mois) pour la grande majoritĂ© des Startups, parfois plus.